Suivez-nous sur les réseaux sociaux

18 février 2020 | CDER

18 février 2020 | CDER

La loi de 2014 ayant mis en place l’entretien professionnel obligatoire tous les 2 ans a aussi prévu un état des lieux récapitulatif du parcours professionnel tous les 6 ans.

2014 plus 6 ans cela nous donne donc 2020 pour ces premiers bilans.

 

Pour rappel, l’entretien professionnel entre le salarié et son employeur a pour but :

– la validation des acquis de l’expérience (VAE), l’activation de son Compte Personnel de Formation (CPF), l’abondement possible de l’employeur sur ce compte

– les possibilités de conseil en évolution professionnel.

 

L’état des lieux a pour objectif au bout de 6 ans de :

– suivi au moins une action de formation

– acquis une certification par la formation ou par une VAE

– bénéficié d’une progression salariale ou professionnelle

 

C’est à la lumière de cet état des lieux que la loi a prévu des sanctions pour les entreprises d’au moins 50 salariés, si le salarié n’a pas bénéficié de l’entretien professionnel et d’au moins une formation.

Une obligation très utile pour une fois

Il se trouve que toutes ces contraintes peuvent devenir de véritables outils de fidélisation des salariés.

Plus qu’un entretien, c’est un rendez-vous entre l’employeur et son salarié permettant de bâtir des projets ensemble et de préparer l’avenir pour les deux en toute sérénité.

 

En effet, les bénéfices pour l’entreprise sont :

 

A cela s’ajoute l’avantage de fidéliser le salarié car il :

 

Dans des temps où le recrutement de salariés qualifiés est de plus en plus difficile, l’entreprise ne peut pas se permettre de laisser partir de tels salariés simplement parce qu’elle n’a pas su mettre en œuvre un minimum de dialogue avec eux. Et pour une fois que la loi est bonne !

Ne nous perdons pas de vue s’inscrire à la newsletter.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Création graphique & développement : Champagne Création - ©CDER Tous droits réservés - 2022 - v.1.0